Notre site complémentaire : http://museedelaphoto.jimdo.com

La plus récente livraison de notre Journal ici

logo

217, rue Brock au Centre-ville de Drummondville J2C 1M2 (819) 474-5782
- Au sous-bassement de l'église Saint-Frédéric -
Expositions temporaires et permanente
l'Histoire de la photographie depuis 1827
Le seul musée du Québec exclusivement consacré la photographie
Ouvert au public depuis février 2006

Visites scolaires : voir ici
AUSSI : EXPOSITIONS ITINÉRANTES À LOUER 
museedelaphoto@cgocable.ca



Du mercredi au dimanche de 13 h à 17 h

    ... admission: 10$ ... étudiants et aînés: 5$ ... enfants: 2$ ...
...résidents de Drummondville détenteurs de la carte Accès-loisir: 2$ ... 
       ... prix de groupe sur réservation (819) 474-5782 :
       (11 à 20 personnes: 7$/ personne, plus de 20: 5$/ personne)... 
Exposition actuelle
13 mai au 3 juillet
Le collectif VISIO
E X I L
Les membres du collectif se concentrent sur le regard posé par l’individu sur son environnement immédiat lorsqu’il fréquente des terres étrangères. À l’extérieur de sa patrie, de son lieu de résidence, son point de vue sera modifié et l’analyse des perceptions reçues hors de ses habitudes géographiques et culturelles pourra parfois prêter à confusion. Exil propose un travail de recherche sur le phénomène du dépaysement ainsi que sur la notion de voyage et des nouveautés qui y sont attachées.
Visio est un collectif visant à diffuser et à promouvoir le travail artistique de photographes qui partagent sensiblement une philosophie commune. À contresens de certains courants actuels, par exemple d’une photographie où la démarche et les intentions priment sur un résultat parfois discutable, les membres du collectif insistent sur le résultat final et proposent de traiter leurs images avec sensibilité et poésie. Basés sur des notions d’entraide et de coopération, leurs échanges se fondent sur le partage afin de stimuler l’innovation et le dépassement personnel.
Visio est un moyen efficace visant à l’éclosion d’expositions collectives et à l’essor de ses membres. Il vise l’augmentation de leur accessibilité aux centres de diffusion artistique et ainsi un accroissement de leur rayonnement vers un public élargi.
Les membres co-fondateurs de Visio sont Jean-Sébastien Vaillancourt et Sue Vo-Ho. Les autres membres sont Céline Lalonde et Léo Pelletier.
   
 À venir :
Été 2015

-  Henri CARTIER-BRESSON, Images à la sauvette, le livre -
Images choisies

Entre les 8 juillet et 15 octobre 2015, le Musée Populaire de la Photographie présentera une sélection de photographies directement extraites du légendaire livre Images à la sauvette du non moins célèbre Henri Cartier-Bresson, surnommé l’œil du siècle en son temps.
Qualifié de « chef-d’œuvre » par Jean Cocteau et de « bible pour les photographes » par Robert Capa, ce livre est, avec The Americans (1959) de Robert Frank, un document phare pour apprendre à bien apprécier une certaine évolution de la prise de vue photographique du XXe siècle en Occident. Publié en 1952 dans deux éditions, l’une étatsunienne (7000 exemplaires) et l’autre française (3000 copies), le livre a connu une fortune critique enviable, au point où l’on vient d’en faire une nouvelle édition sous forme de fac-similé.
Bien des gens connaissent l’existence du livre, mais tous n’ont pas eu l’occasion de le voir et d’en apprécier les images, toutes qualifiées « d’icônes du XXe siècle ». L’exposition du musée de la photo drummondvillois sera donc une occasion rêvée pour prendre connaissance du livre original à travers une sélection de ses principales images présentées individuellement pour la circonstance.
Considéré comme un objet d’art en soit, le livre se présente dans un format rectangulaire vertical de 37cm X 27cm, conséquemment d’assez bonne dimension. On y retrouve reproduites et remarquablement imprimées cent vingt-six photographies des vingt premières années du travail de Cartier-Bresson. Publié par les Éditions Verve, la couverture de l’ouvrage est signée Henri Matisse, le tirage des épreuves originales a été fait par Pierre Gassman alors que la gravure et l’impression des images ont été assurées par les maîtres-imprimeurs Draeger Frères ; une réussite exemplaire en tous points !
En exergue de la préface signée Cartier-Bresson, cette phrase du cardinal de Retz qui écrivait : «Il n’y a rien en ce monde qui n’ait un moment désisif» et dont les derniers mots ont été traduits par The decisive moment pour le titre de l’édition étasunienne en langue anglaise. Retraduisant cette traduction, on aura retenu la notion d’instant décisif pour qualifier le travail de Cartier-Bresson qui aurait toutefois toujours refusé d’être identifié à cette trop brève définition. « Je n’ai rien à voir avec ça » disait-il. Au point où certains rapportent que la célèbre préface du photographe s’intitule « L’instant décisif », alors qu’il n’est est rien, cette préface ne portant aucun titre.
Plus célèbre sera sa propre définition de la photographie : «Une photographie est pour moi la reconnaissance simultanée, dans une fraction de seconde, d’une part de la signification d’un fait et, de l’autre, d’une organisation rigoureuse des formes perçuesvisuellementqui exprimentcefait. » On aura par la suite retranscrit cette définition en action de photographier : « Photographier, c’est, en un instant et en une fraction de seconde, reconnaître un fait et les formes perçues visuellement qui expriment et signifient ce fait ». La fortune critique de ces définitions qui nous viennent d’un fort héritage classique est énorme (« Nul n’entre ici s’il n’est géomètre » disait-il aussi, citant ainsi l’Antiquité grecque) et il faudra attendre les années 1960 et 1970 pour qu’une certaine photographie refuse systématiquement le postulat de ces instants décisifs, travaillant plutôt dans les interstices d’un réel apparaissant dès lors plus ambigu.
Considérant son appareil photographique comme un « carnet de croquis », Henri Cartier-Bresson nous présente ce qu’il nomme « une sorte de chronique visuelle », à voir absolument ne serait-ce que pour le réel plaisir et l’admiration inconditionnelle que de telles images photographiques sont en mesure de susciter.
Au musée de la photo drummondvillois, entre les 8 juillet et 15 octobre 2015.

 

     

 

 

...XV ... V ... MMXV ...